lundi 10 septembre 2018

Anso: paroi de Ur voie Belagoako mutilak 200m 6b/6c

Depuis notre dernière tentative au Pène d'Udapet, il faut bien avouer que je n'ai grimpé que des voies faciles,équipées au point que l'engagement est néant,et, que du coup, j'étais bien ancré dans une zone "de grand confort ".
Pour mettre un terme à cette oisiveté mentale, nous partons avec Jean Pierre à  Anso, faire une voie ouverte en 2017 par la bande à Xabi.
La ligne démarre par des dalles 30m à droite de Camille, équipée avec parcimonie avec des spits de 6mm en progression et quelques pitons. Pour le voyage, nous avons utilisé un jeu de friends jusqu'au n°2 et quelques micros.
Six longueurs divisées en 2 parties de 3. La deuxième partie est équipée pour les rappels.
Nous avons trouvé la voie très jolie  avec de beaux passages techniques. La voie est assez soutenue dans son ensemble et les cotations n'étant pas commerciales, il faut grimper entre les points en place ou à mettre.Seule L3 n' est pas belle, mais il faut plutôt la considérer comme longueur de transition.
Ma zone de confort va éclatée en morceau et ce n'est que tant mieux.

Le topo



L1 Essentiellement constituée de plaques.



L2 Les choses sérieuses commencent...



A R3, une vue pas trop dégueu...sans JP.






R4 Très belle et diversifiée entre dièdre et mur raide.



R5/ R6 JP a enchainé les deux longueurs pour s'éviter le relais suspendu, le tout rendant la chose bien soutenue. R6 avec son dièdre n'est pas donné non plus malgré sa cotation.




Le dièdre de L6 vu du haut.


Une jolie voie pouvant être réalisée aussi par une météo incertaine.

samedi 25 août 2018

Pène d'Udapet, Pared Sagüesta, au p'tit bonheur les pieds

Nous sommes partis avec Jean pierre du côté du Pène d'Udapet pour essayer de remettre un  coup de jeunesse à la voie qu'il a ouverte avec René: "Le maître des lieux."
Nous ne ferons que les 5 premières longueurs car nos petits pieds ne résisteront pas longtemps aux broyages des chaussons chauffés à blanc par la chaleur.
Une des caractéristiques de cette voie se trouve dans L1 avec son petit pendule qui permet d'attraper et de remonter une écaille.
Nous en avons profité pour nettoyer quelques passages qui commençaient à être pris par la végétation.

L1: 6C et un pendule bien amusant



L2 6b. La difficulté se trouve en fin de longueur avec le passage d'un surplomb .



 L3: V+ ou variante tout droit en 7a. Elle permet de débarquer sur la grande vire.

De la vire, suivre la paroi à droite jusqu'à passer un petit éperon. Façon petit Poucet, quelques spits vous guident jusqu'au relais suivant.

L4: 6b avec de jolis passages de grimpe




L5 6b+ Lonnnnnngue 50m...et soutenue.



Les petits cris de gémissement de fillette de JP à chaque pose de pieds ont fait que, de façon très volontiers car après c'est encore plus technique, nous redescendrons pour soulager nos orteils bien meurtris.

Trois jours plus tard, je retrouve d'autres Maitres des lieux, ceux qui m'ont fait découvrir l'alpi, le nœud d'encordement, appris à poser un friend correctement ( quoique parfois, il m'arrive encore d'en arracher dans mes gamelles stratosphériques) , Olivier et Stéphane.
Il nous arrive donc parfois, de façon sporadique, occasionnelle, de reconstituer la cordée.
Cette fois ci, on se retrouve pour aller grimper du côté de la paroi de Sagûesta qui propose des voies équipées sur un excellent caillou.La grimpe se  déroule sur de belles dalles de calcaire parsemées d' incrustations.
Là aussi, les pieds fragiles sont mis à rude épreuve: Hihihihi....











lundi 13 août 2018

Ossau: Pilier sud. Magnifique !!!

Il m'arrive d'ouvrir de temps en temps une ligne par ci, par là, avec le confort du bon matos, la connaissance de la météo pour le jour J et un perfo au cul afin de limiter le stress de l'engagement et par défaut celui de mon moral; et puis si ça tourne mal, il y a toujours le portable pour déclencher rapidement les secours.

Mais en 1959, l'aventure des ouvertures était sûrement une toute autre histoire, et pas des moindres, surtout du côté de l' Ossau.
Topo à la main, les têtes en arrière pour essayer de déchiffrer la ligne qui nous domine, nous sommes au pied d'un morceau de l'histoire du pyrénéisme, au pied du Pilier Sud.
Ici,  la lecture des noms des ouvreurs et le lieu font que les cotations ne sont pas à prendre à la légère.
Je ne sais pas pour mes collègues, mais moi, je suis impressionné par l'audace, le culot, le courage de cette génération de Pyrénéistes, qui avec peu de chose dont de la ferrailles, des coins en bois et des godillots, se lançait dans ces missions engagées.
Aujourd'hui, 60 ans après, rétrospectivement, je prends une leçon de grimpe... et de pugnacité.

 Pilier Sud 


Le topo de la voie qui met de suite dans l'ambiance. D'autres topos indiquent 6b oblig.


Après avoir grimpé les deux premières longueurs en corde tendue, on se retrouve au pied de la longueur clé -le crux-  annonciatrice des débuts des difficultés et d'une lutte à tout à chacun contre l'effet gravité.Pour mener les choses à bien, c'est Mathieu qui s'y colle (après tout, c'est lui qui veut passer le guide)
L3, malgré son apparence est très raide et demande un peu de souplesse.



L4 Moins technique que la précédente, mais tout aussi soutenue dans les dalles au dessus du surplomb.



Mathieu et Olivier qui matent  ma possible gamelle ( Et non!!!)


L5 Courte avec traversée fine sur dalle et coup de cul pour passer un léger dévers pour rejoindre le relais.


On prend sérieusement de la hauteur avec un max de gaz dans une ambiance bon enfant.



Pour la suite, Olivier prend les rennes et nous mène jusqu'à la sortie de la voie qui finit au sommet. Classe!!!
L6 Séance bourrinage renversant pour franchir un surplomb suivi d'un méga rétablissement sur dalle avec un vide d'enfer. La longueur remonte la dalle par un système de petits dièdres ou fissures comportant une sortie un peu taquine sous le relais.



 Fin des difficultés, on tire encore une longueur pour rejoindre un terrain facile qui nous permet de rejoindre l'arête en corde tendue puis le sommet.



Summit majestueux.




Une superbe voie au rocher irréprochable, avec des longueurs techniques et une sortie au sommet.
Prendre pour le voyage un bon jeu de friends en doublant les tailles moyennes et quelques petits coinceurs. Nombreux pitons dans les longueurs difficiles mais il faut tout de même souvent grimper entre les points.
Merci à Mathieu Azogué et à Olivier Puyo de m'avoir accepté dans leur cordée.
Coup de chapeau à Mathieu, qui, le lendemain s'enquillera " Bolt or not to bolt" tandis que moi, je ferai plutôt "Canapé or not canapé".

mardi 7 août 2018

"Mature" la quatrième épouse;



Pas le temps de déballer mes sacs de Corse, que je repars du côté de la vallée d'Aspe pour une grimpe à la Mâture avec Olivier.
On part dans la très jolie voie au doux nom de "4ième épouse", histoire de fêter dignement les derniers décrets gouvernementaux qui rentrent en vigueur en Septembre et dont le but est la sauvegarde de la dignité des femmes du XXI ième siècle. J'espère juste qu'ils nous colleront pas les mêmes pour les hommes, car moi, j'aimerais tant qu' une femme me regarde avec insistance, un air coquin en coin, ou qu'une inconnue m'aborde dans la rue pour me faire une partie de drague en me murmurant à la volée que j'aie de jolies fesses. Promis, moi, je ne porterai pas plainte....

Si L1 est facile, L2 vous rappelle que vous êtes à la Mâture avec sa fissure en 6a. La longueur se protège bien sur friends et coinceurs, et d'ailleurs, on a pas très bien compris les 3 ou 4 spits mis sur la dalle de gauche à plus de 1m parfois de la fissure.



La suite est une succession de dalles sur un très bon caillou, agrémentée par un ou deux passages surplombants pour arriver sous la grande traversée en virgule qui présente de très beaux pas aériens sur un rocher parfait à gouttes d'eau.




Les pieds en surchauffe, on laisse tomber la dernière longueur pour descendre en 3 rappels ( corde de 60m) dans "Astérix en péril".
Pour la balade, prendre un jeu de friends jusqu'au n°2 Camalot et quelques petits coinceurs.
Belle voie avec un très bon caillou dans l'ensemble.
Secteur ensoleillé dès le matin.

dimanche 22 juillet 2018

La grimpe comme réseau social.

C'est temps ci, l'escalade est secondaire.
Le principal est plutôt de passer de bons moments tout en partageant la corde.
Ce fût déjà le cas il y a une semaine en allant grimper pour une x-ième fois "Pyrénéos Frontera" avec René, Gilles et Mar. 
Une belle journée  avec un pied en France et l'autre en Espagne.
La voie est entièrement équipée et propose de beaux passages variés.








Et puis hier, ce fût la magnifique surprise avec le retour de Louis, qui a dû arrêter la grimpe un certain temps, pour ne pas dire un temps certain, en raison de petits pépins physiques.
Du coup, on délaisse la météo pourrie de chez nous pour aller à Anso.

L'objectif du jour est alors "Anso, eternidad" voie que j'ai déjà parcourue contrairement à mes collègues, mais comme je l'ai dis, la grimpe n'est pas le plus important dans ce cas de figure.
Une belle voie quasi équipée et qui propose de la belle grimpe en fissure.









Deux belles journées de grimpe qui mettront à rude concurrence le réseau social Facebook.